Volkswagen

La passion est un sport collectif.

VICTOIRE (1-0) ET RECORD POUR LE PARIS SG

COUPE DE FRANCE

Le Paris SG a remporté la onzième Coupe de France de son histoire en battant l’Angers SCO (1-0), sur le fil, lors de la finale du centenaire, samedi soir au Stade de France. Il établit un nouveau record.

Le Paris SG était venu chercher une victoire et un record samedi soir au Stade de France. Le club de la capitale a eu les deux. Il a remporté la finale de la centième édition de la Coupe de France au détriment d’Angers (1-0) et conquis un onzième trophée Charles-Simon (le troisième d’affilée), après ceux de 1982, 1983, 1993, 1995, 1998, 2004, 2006, 2010, 2015 et 2016.

Déjà battu en 1957 (6-3 contre Toulouse), Angers s’est incliné une deuxième fois en finale. Les joueurs du SCO ont offert une très belle résistance et n’ont cédé que sur un but contre son camp de leur défenseur Issa Cissokho en toute fin de match (90e + 1).

Paris tremble

La première mèche de cette finale, jouée en présence du président de la République Emmanuel Macron, est allumée par les Parisiens, sur un débordement d’Aurier dont le centre-tir est repoussé par Letellier (9e). Celui-ci doit encore intervenir quelques minutes plus tard sur tête de Cavani (13e), puis sur un nouveau déboulé de l’Uruguayen dans la surface (16e).

La réponse des Angevins survient à la 27ème avec une double occasion qui fait lever les supporters du SCO : une reprise aux vingt mètres de Pépé est repoussée par l’un des montants des buts d’Aréola et dans la continuité, Thomas place une tête bloquée par le gardien parisien.

Angers' French defender Romain Thomas (L) heads the ball as Paris Saint-Germain's French goalkeeper Alphonse Areola (R) goes to catch it  during the French Cup final football match between Paris Saint-Germain (PSG) and Angers (SCO) on May 27, 2017, at the Stade de France in Saint-Denis, north of Paris. / AFP PHOTO / Thomas SAMSON

À l’image de Toko Ekambi qui slalome dans la surface adverse (29e) et échoue de peu, le match s’emballe. Loin de maîtriser les débats, Paris est mis en difficulté par la vitesse des attaquants angevins, mais s’offre une occasion sur un centre rasant d’Aurier qui ne trouve pas preneur (45e), et les deux équipes rentrent au vestiaire dos à dos (0-0) au terme de la première période.

Cissokho contre son camp

Après la pause, les joueurs d’Unai Emery s’installent dans le camp scoiste et se montrent menaçants sur un coup franc de Di Maria (58e), du gauche, qui frôle la lucarne. Le SCO a du mal à desserrer l’étreinte, mais les assauts parisiens manquent de précision et ne se traduisent pas en occasions réelles. La plus tranchante est à mettre à l’actif de Cavani qui, en bout de course après une échappée dans l’axe, voit sa tentative filer au ras du poteau (84e). Jusqu’à l’annonce du temps additionnel…

Le moment choisi pour le PSG pour porter l’estocade avec la complicité involontaire de Cissokho qui, pressé par Matuidi, trompe son gardien à la suite d’un corner de Di Maria tiré de la droite (90e + 1). Un coup de théâtre synonyme de coup d’assommoir pour Angers et de nouveau coup d’éclat pour Paris en Coupe de France, désormais triple tenant du trophée.

Source : FFF.fr